DOCTEUR PATRICK FRECHET - SITE OFFICIEL - Chirurgie du cuir chevelu

Français | English

Questions - Réponses

Voici quelques unes des questions qui me sont fréquemment posées lors des consultations.

Docteur, est-ce que les cheveux des greffons vont durer toute la vie ?
Oui vous les garderez indéfiniment.

Docteur, quelles sont les risques d'infections ?
Le cuir chevelu s’infecte très, très rarement, et jamais si l’on prend les précautions nécessaires. Les seuls cas d’infection grave ont été rencontrés avec des greffes de cheveux artificiels.

Le laser fait-il pousser les cheveux ?
Non, le laser ne fait pas pousser les cheveux, les ultrasons non plus.
Le laser entraîne une mauvaise cicatrisation. Il est donc surtout à éviter si vous venez de vous faire opérer.

Est-il vrai que les Extractions d’Unités Folliculaires (FUE) ne laissent pas de cicatrices ?
Non, cela est faux.
Il s’agit d’un mode ancien de prélèvement à l’aide d’un « punch » ou lame cylindrique d’environ 1 mm de diamètre. On fait des trous espacés les uns des autres et il y aura autant de petites cicatrices punctiformes que de prélèvements, 1000 si l’on fait 1000 implants et ainsi de suite. Ce qui finira par donner un aspect « mité » à la zone de prélèvement. 
D’autre part les implants ainsi prélevés à l’aveugle peuvent avoir jusqu’à 40% de leur racine sectionnée et donc ne repousseront pas.

Pourquoi, Docteur, préconisez vous plusieurs séances de greffe au lieu de tout faire en  une seule fois ?
Si l’idée de faire tous les implants en une seule fois paraît séduisante, en réalité cela est risqué et le plus souvent irréalisable.
Pourquoi irréalisable : tout simplement parce que l’on ne peut pas implanter en toute sécurité les 6 à 9000 cheveux nécessaires pour traiter la zone frontale en une seule fois. Cela représente un trop grand nombre d’implants et le risque d’une mauvaise pousse est trop important. Il en résulterait également une zone de prélèvement trop large entraînant une cicatrice élargie.
Il faut retenir que plus on fait d’incisions pour poser un grand nombre d’implants, plus on sectionne et détruit les capillaires sanguins qui les nourrissent.
Et plus on rapproche les incisions les unes des autres pour obtenir la densité recherchée, plus on sectionne les capillaires.
Au total, cette approche que l’on appelait Mégaséance est beaucoup moins pratiquée parce que l’on a observé de mauvaises pousses, voire même des zones de non pousse remplacées par du tissu cicatriciel.
Il est beaucoup plus sage de faire 2 à 3 séances pour obtenir à la fois le meilleur taux de repousse possible et la densité recherchée.

Docteur, pourquoi il ne faut pas greffer la tonsure ? 
Parce que la calvitie est un processus évolutif. Les cheveux continuent à tomber et avec le temps le patient risque de se retrouver avec une touffe de cheveux au sommet de la tête entourée par une tonsure chauve tout autour.
Dans le cas où la tonsure est déjà étendue, nous ne disposons pas d’assez de greffons dans la zone de prélèvement  pour couvrir de façon satisfaisante une telle surface.
Les implants seuls ne permettent de traiter que des surfaces plus petites telles que l’avant de la tête ou les golfes.
Cependant le traitement de la tonsure par les greffes ne peut être envisagé que chez les patients à partir de 50 ans, qui ont une petite calvitie stabilisée.

 
Cette photo montre un patient dont la tonsure débutante avait été greffée quelques années auparavant.

Depuis, sa calvitie a évolué, les cheveux autour sont tombés finissant par donner un aspect totalement inesthétique.

Pour mieux visualiser cette zone, les cheveux greffés sont retenus par un élastique.

Cependant ce cas est encore réparable.
Cette photo montre un patient chez qui la tonsure déjà constituée a été traitée par un grand capital en greffons. Noter l’inefficacité du traitement ainsi que son aspect inesthétique.

Dans ce cas aucune réparation n’est possible.

Il n’y a plus assez de greffons et trop de cicatrices.
 

Pourquoi la réduction de tonsure n’est plus utilisée pour les calvities ?
Parce qu’elle a perdu son intérêt lorsque la technique de l’extenseur est apparue.
Toutefois elle garde toujours son indication pour supprimer des zones étroites du cuir chevelu, tels qu’un cancer de la peau ou de petites zones cicatricielles.

Expliquez-vous docteur ?
Et bien un traitement avec la réduction de tonsure qui nécessitait 6 interventions sur plus d’un an, ne nécessite plus que 3 interventions en moins de 3 mois avec l’extenseur.
C’est donc à la fois plus rapide et moins onéreux. En plus les patients avec un cuir chevelu trop peu élastique ne pouvaient pas bénéficier de la réduction de tonsure, alors qu’ils peuvent être traités avec l’extenseur.

Docteur, comment se fait-il qu’il y ait une telle différence d’efficacité ?
Dans le cas de la réduction de tonsure pour rapprocher les deux bords, on exerçait une traction purement mécanique de courte durée en tirant sur la peau.
On étirait aussi bien le cuir chauve que le cuir chevelu environnant et on ne pouvait retirer qu’une zone étroite de cuir chauve à chaque fois.
Avec la technique de l’extension il se produit surtout une réaction biologique.
En exerçant une traction légère, mais permanente et continue, il se produit « un réflexe de croissance » qui stimule la production de fibres collagènes et élastiques.
Ainsi la surface de la zone chevelue augmente, alors que la zone chauve centrale à l’inverse se contracte et rétrécit. Il est alors facile de rapprocher les bords chevelus et retirer la partie chauve. 

Est-ce qu’on a la tête déformée avec l’extenseur ou « the extender » ?
Non, comme il s’agit d’une feuille d’élastique souple et plane d’1mm d’épaisseur, lorsqu’on l’introduit sous le cuir chevelu,il épouse la forme de la tête, donc ne la déforme pas et n’est pas visible.

 
Photo d’un patient avec un «extenseur de Fréchet» placé sous le cuir chevelu.

Comme vous pouvez le constater, il n’y a aucune déformation de la tête.
 

Et avec le ballonnet ou l’expandeur ?
Il s’agit d’une technique de gain de peau inventée par un médecin aux Etats-Unis.
Elle consiste à introduire sous le cuir chevelu un ballonnet que l’on gonfle régulièrement avec du sérum physiologique.
Bien entendu ce gonflement se traduit par une déformation importante de la tête avec une ou plusieurs bosses plus ou moins volumineuses pendant plusieurs semaines. Le patient ne peut donc continuer une vie normale.
C’est la raison pour laquelle elle n’est pas utilisée pour le traitement des calvities.
Elle est intéressante en chirurgie réparatrice lorsque l’extenseur ne peut être utilisé.

Docteur, j’hésite à me faire opérer, car j’ai eu l’occasion de voir des personnes qui ont eu des implants. C’était tout sauf esthétique.    
Je vous comprends tout à fait. Sachez que vous êtes aussi  passé à côté de personnes dont le traitement a été très bien fait et que vous ne vous êtes aperçu de rien.
De nombreux critères sont indispensables pour obtenir un bon résultat. Compétence et sérieux du praticien, confiance mutuelle. Mais aussi, motivation de l’intéressé qui doit comprendre dès le départ la modalité du traitement, pour être prêt à l’assumer jusqu’au bout et ne pas s’arrêter en route. Et puis n’hésitez surtout pas à demander à votre médecin de vous mettre en contact avec une personne déjà traitée.

Quel résultat esthétique final puis-je espérer obtenir ?
Si vous n'espérez pas la lune , ni la chevelure de vos 17 ans, vous serez très satisfait.
Il ne faut surtout pas perdre de vue que l'objectif de ces actes chirurgicaux bien faits est de donner l'illusion du naturel à la chevelure créée, de supprimer au maximum la zone chauve.
La ligne d'implantation choisie en bordure du front doit encadrer le mieux possible votre visage, le volume des cheveux peut paraître très satisfaisant.
Le dessin de l'échancrure des golfes et des pics temporaux est tout à fait primordial, ainsi que l'orientation et l'inclinaison des cheveux.

Ce que vous aurez sur la tête, vous le garderez toute la vie.

Que penser Docteur des forums sur la calvitie ?
Apparemment c’est un lieu de joute, un peu comme une arène de gladiateurs. Des personnes espèrent en toute innocence trouver une solution à leur problème en les consultant. Ils trouvent en face d’eux parmi les internautes candides, quelques individus cachés derrière des pseudonymes qui essaient de discréditer leurs confrères ou déguisés en faux patients, de recruter « des clients » en désinformant ces personnes.
C’est aussi le cas de certains blogs.

Et les informations sur Internet sont-elles fiables ?
Vous posez là une question très importante.
Sur Internet on rencontre de tout, des renseignements vrais et des renseignements faux.
Vous pouvez très bien écrire que vous êtes l’empereur du Japon, il y aura bien quelqu’un d’assez crédule pour vous croire.
Chacun est libre de dire ce qu’il veut, il n’y a aucun contrôle.
Quand on aborde des sujets mal connus du public, fatalement beaucoup de gens croient ce qu’on leur dit, que ce soit vrai ou faux.
Dans le domaine de la médecine il faut se méfier des sites alléchants et publicitaires à caractère commercial.
Par exemple, une intervention chirurgicale sans bistouri est une contre vérité. Que le bistouri soit une lame droite, cylindrique ou pointue, dans tous les cas l’objet en question coupe la peau. Un implant ou un cheveu bien ancré dans l’épaisseur du cuir chevelu ne peut se déplacer par magie de la nuque à l’avant de la tête.

© Dr. Patrick Fréchet 2008